La déontologie est un contrat passé entre les locuteurs et l'interprète, garantissant que celui-ci n'interviendra pas dans les échanges entre locuteurs. Il est basé sur le respect des personnes, de leur parole et de leur langue. La confiance instaurée entre interprète et usagers est essentielle au bon déroulement de l'interprétation.
 
L'interprète doit tendre dans la mesure du possible vers un objectif de transparence. Elle signifie que les locuteurs en présence ont une relation telle que la présence de l'interprète est oubliée.
Savoir s'effacer requiert une grande compétence technique et une bonne stabilité émotionnelle.
Il ne faut cependant pas confondre déontologie et rigidité. Un interprète doit rester sensible à son environnement et s'adapter aux situations qu'il rencontre. La déontologie, loin d'être une liste de préceptes rigides est un véritable outil de travail.
 
Les trois grands principes déontologiques adoptés par l'ensemble de la profession sont :
  • Secret professionnel
La confidentialité garantie des interprétations permet aux usagers de se confier le plus librement possible
  • Neutralité
L'interprète ne donne pas son point de vue ou ne le fait pas transparaitre à travers ses interprétataions. Les locuteurs sont donc les seuls à porter un jugement sur le contenu des entretiens interprétés. Leur responsabilité et leur point de vue quant aux paroles échangées sont ainsi préservées.
  •   Fidélité au message
L'interprète s'engage à transmettre le sens du discours avec le plus de justesse possible sans effectuer de choix.
 
Pour plus d’info : www.afils.fr